Finitions déco montage
Précédente Suivante

 

Accueil
Remonter
Une rose de nacre

 

J'avais promis de changer un peu. De toutes façons j'suis coincé, ils ne la font plus ma peinture verte. ;o)

Préparation
Avant de commencer, tout est bien collé, pointes chassées et têtes de vis masquées avec de la pâte à bois bi-composant. Faut pas de trous, pas de fissures, pas de choses instables et bien poncer. Je n'aime pas la pâte à bois (j'en avais pas et j'ai dû en acheter exprès), mais sous du placage, ça m'inspire plus confiance que de l'enduit.

Le coffret est complètement plaqué avec du merisier, souligné de quelques filets de marqueterie incrustés (Maréchaux SA). La ceinture du bas c'est de la planchette en merisier de 4 mm, incrustée à l'avant d'une inévitable rose des vents, en nacre cette fois. Même que la nacre a été tirée de coquilles d'ormeaux pêchés par bibi. Si !

Ensuite, raclage, ponçage, et très légère teinte pour égaliser. On termine la préparation par un bouche-pores et un poncage très fin au 240.

Finition
La finition proprement dite consiste en l'application de plein de couches de vernis polyuréthane sur-dilué, comme j'ai déjà fait plusieurs fois sur des petits meubles. Ce n'est peut-être pas très académique comme méthode, mais le résultat me plait bien. 

Boitefinie.JPG (118054 octets)

Il y a quand-même un peu de vert. Ouf ! ;o)

Bon... C'est comment alors ?
On prépare une "mixture" composée de 1 dose de vernis, pour 1.5 dose de  white spirit (oui, il y a plus de diluant que de vernis). Bien mélanger. Ca mousse un peu, et ça fait affreusement penser à ce qu'on obtient quand on lave des pinceaux, mais il faut quand-même oser vernir avec "ça". Le bon garnissage du pinceau c'est quand il mouille juste le bois si on regarde en lumière rasante. On le trempe lègèrement dans le vernis, et on évacue l'excédent en le secouant une fois à bout de bras.
Une couche par jour, en égrénant gentiment avec un tampon à récurer usé entre les couches. L'idée c'est de superposer le plus de couches possible. J'en ai passé 5. Ca donne une surface nette et bien tendue, un peu comme si le bois était ciré mais avec plus de profondeur.

Montage
Rien de très compliqué, à condition de faire les choses dans l'ordre qui va bien. Le diaporama ci-après résume le montage. En vrai, ça prend à peu près 20 minutes. Les images sont un peu  dégradées pour que ce ne soit pas trop gros, mais ça donne une idée de comment tout ça s'emmanche.

Et puis bien sûr, les tablettes du chemin de carton, celle du dessus, ainsi que le panneau arrière se montent et se démontent sans outil pour pouvoir montrer très facilement comment c'est fait ;o)

Montage_anime.gif (11530 octets)

Cliquer l'image pour lancer le diaporama du montage (3.5 Mo)

Et voilà... 

Au bout de 500 heures de travail (au moins), après avoir confectionné 1006 pièces essentiellement de bois mais aussi de cuir et de métal (je les ai comptées ;o)), et les avoir assemblées au moyen de diverses colles et de près de 120 éléments de visserie...

Mini29_avant.JPG (158745 octets)  Mini29_arriere.JPG (151266 octets)

...cet instrument est lui aussi terminé.

Ca me fait toujours un petit pincement au coeur quand ça s'arrête, et c'est pour ça que je n'en finis pas de finir pour prolonger le plaisir. La conception/réalisation de A à Z d'un tel engin, c'est à sa manière une petite histoire sentimentale, ponctuée de rendez-vous quasi-quotidiens avec lui pendant près d'un an et demi.

En tous cas, je me suis drôlement bien amusé ! Et même si cette fois-ci, ça m'aura coûté un bout de doigt, le bilan global c'est une immense dose de bonheur. A tous ceux qui hésitent encore, je ne saurais que trop répéter : Foncez. Construisez votre instrument, vous ne le regretterez pas.

Ce n'est pas forcément facile de faire aussi petit, mais en se donnant éventuellement un peu d'aise, avec un minimum d'adresse et une bonne dose de ténacité, on peut y arriver !

Et puis, avant de tirer le trait réglementaire...

Musique !