Mécanique et soufflerie
Précédente Suivante

 

Accueil
Remonter

 

Sur cet instrument, la partie mécanique est un peu plus complexe qu'à l'accoutumée. Mais après tout... Quand on aime la musique mécanique, on aime aussi la mécanique ;o)

 
La flûte de pan

Un peu comme celle du Mini29 : bois + métal. Elle est majoritairement en buis recouvert d'une plaque d'usure en laiton. Tous les perçages sont en 3 mm. Une petite originalité : elle dispose d'un "registre-robinet" intégré permettant de complètement la fermer. Depuis le temps que j'avais envie de faire un truc comme ça !

fdp1.JPG (174935 octets)  fdp2.JPG (102072 octets)  fdp3.JPG (101126 octets)

C'est beau quand c'est finit, mais c'est quand-même un peu "tricky" à réaliser comme disent nos voisins :o)

La flûte est en deux parties et le boisseau interne est en laiton de 8 mm. Les vis d'assemblage ne servent que pendant la construction. Au final, après un serrage "juste ce qu'il faut", tout est collé à l'Araldite et on enlève les vis pour relacher les tensions. Comme le buis se déforme très peu ensuite, on obtient quelque chose de très stable dans le temps et au fonctionnent plutôt doux.

Remarque : Au final, ce dispositif doit être parfaitement étanche et se comporter comme une flûte de pan normale ! Evidemment il ne faut pas de fuites entre voisins, mais pas non plus de micro-fuite permanente. Sinon les performances du système de soupapes s'en ressentent, avec des répétitions pointues à régler et des difficultés pour sortir les notes très courtes. J'en ai réalisé deux pour en avoir une bonne. Mais quand on est têtu hein...

 
Avance carton/vilebrequin/presseur

D'une manière générale, tout est d'équerre et aligné axe sur axe. J'ai toujours fait comme ça et le carton va droit tout seul.
Le diamètre du rouleau d'avance est de de 27 mm. Le renvoi par 2 courroies n'est pas justifié. Mauvaise option de départ. Une seule aurait suffit.
Le vilebrequin offre un débattement de 22 mm. L'axe est en rond de 12 mm de diamètre, et les manetons en fer plat de section 4 x 20 mm.  Il est intégralement et uniquement assemblé à la brasure argent. A mon avis ça n'est pas utile de claveter sur des manetons aussi peu épais. Ca enlève du métal et ça affaiblit. Mais ce n'est que mon avis...

Oui, la manivelle est en porte-à-faux sur le maneton d'extrémité, et ce n'est pas bien gênant à l'usage. Il y a une petite flexion bien sûr, mais la force qu'on exerce à ce niveau est bien inférieure à ce qu'il faudrait pour tordre durablement le métal. D'autant que du fait de la rotation, l'application de toute force dans une direction est suivie immédiatement et pendant le même temps, de l'application d'une force identique dans la direction opposée. C'est déjà comme ça sur mon orgue à anches cartons et rouleaux, c'est pareil sur les Organina Thibouville depuis toujours, de même que chez les facteurs d'aujourd'hui qui se sont inspirés de Thibouville. Alors, zen.

Vilebrequin.JPG (120012 octets)

Poulie et rondelles sont mis en place avant soudure

Le presseur est très semblable à ceux de mes précédentes réalisations, l'objectif principal étant de faire compact. Le diamètre des rouleaux est de 25 mm. Les ressort sont des bouts de lame de couteau à enduire en inox de 6/10, et d'une largeur de 18 mm. Sur le rouleau cannelé c'est une simple lame, tandis qu'elle est doublée pour apporter plus de pression sur le rouleau d'avance. Comme sur mon premier 29 quoi. Verrou habituel au moyen d'une lame sur un téton et charnière maison bien sûr, permettant un dégagement complet du chemin de carton. C'est tellement plus commode pour mettre les carton en place, ou toute autre chose.

Presseur.JPG (142886 octets)  chemin_carton.JPG (413913 octets)

La totalité des éléments du presseur et le chemin de carton terminé

La soufflerie

Elle est conçue de la même manière que celle du Mini29, aux dimensions près. Largeur : 160 mm, longueur hors tout : 500 mm, longueur de la partie gosier : 50 mm, distance entre dormants d'un même soufflet : 
Quelques détails :
- Les tiges d'action ont un diamètre de 8 mm, pour une longueur dans le bois de 80 mm.
- Les pièces triangulaires rapportées sur les dormants servent à réduire la distance dormant-battant notamment au niveau de la charnière, tout en gardant un passage assez grand vers le gosier. Le but étant de diminuer l'effet de cisaillement au niveau de l'articulation centrale des garnitures d'une poche.
- Les différents perçages ont les diamètres suivants :
 . Entrées d'air : 8 trous de diamètre 8 mm sur chacun des côtés des deux battants.
 . Sortie de chaque poche vers le gosier : 10 trous de 14 mm de diamètre (c'est un peu beaucoup... Conséquence d'une étourderie de calcul :o()
 . Communication gosier/sommier : une ouverture de 140 mm x 18 mm.

soufflerie1.JPG (189423 octets)  soufflerie2.JPG (89549 octets)

La soufflerie complète prête à garnir et les tiges d'action

Pour ce qui est des craintes concernant le fait d'actionner les battants par le côté, c'est mon troisième orgue qui fonctionne de la sorte et je peux dire que la fiabilité est excellente.
- Les battants ne se déforment pas, tout simplement parce que les contraintes dans un sens sont compensées par des contraintes identiques dans l'autre sens. Après 4 ans de service, les battants du Mini29 sont toujours parallèles aux dormants. Et il tourne souvent.
- Les charnières ne posent aucun souci pouvu qu'elles soient en cuir assez épais (4 mm) et correctement collées. A l'époxy c'est parfait.
- Cette disposition permet de gagner de la place, ou de fournir plus d'air à encombrement équivalent.
- Et côté fabrication, cela n'introduit guère de complexité supplémentaire.
- Que demander de plus !

soufflerie3.JPG (166210 octets)

Pose pour la photo : Une soufflerie de Mini29 et celle du grand frère 529

 
Les commandes de registres

Habituellement, sur les orgues d'origine germanique, les commandes de registres sont situées sur le côté gauche au niveau du sommier et on actionne directement les réglettes. Avec un orgue qui passe des cartons, il suffit de faire l'exercice d'essayer d'atteindre ce point pendant que l'on tourne pour se rendre compte que ce n'est pas très commode, et que le carton côté débiteur constitue un obstacle à cette opération.

C'est pourquoi j'ai déporté ces commandes en haut de ce même côté. La solution retenue vaut ce qu'elle vaut et j'en avais également envisagé d'autres. Celle-ci est assez discrète, et permet de placer 5 commandes dans un espace réduit, tout en gardant de la place pour loger encore 3 tuyaux derrière. Oui je sais c'est chaud, mais ça passe. C'est entièrement démontable bien sûr, et suffisamment accessible pour l'accord des tuyaux.

renvoi_registre1.JPG (166456 octets)  renvoi_registre2.JPG (193596 octets)

Toutes les pièces en laiton sont fabriquées maison

Les commandes sont de boutons de tiroirs en zamac, ré-usinés de manière à y aménager un logement pour les étiquettes circulaire d'identification des jeux.

 

Et pour terminer : Une boîte