Une rose de nacre

 

Accueil
Remonter

 

Bien sûr, on trouve dans le commerce des plaquettes de nacre calibrées, et en cherchant bien, sans doute aussi des motifs prêts à incruster. Mais pourquoi ne pas le faire soi-même ? En tous cas, voilà une belle occasion de travailler un nouveau matériau.

Et puis pour tout dire, je me suis largement inspiré de la méthode présentée par Frank (Caribou) chez les tontons luthiers, et c'est d'ailleurs ça qui m'a donné envie de me lancer :o)

L'idée c'est d'utiliser la nacre de quelques coquilles d'ormeaux issus de la pêche familiale. Depuis le temps qu'elles sont là "à faire joli", ce ne sera pas pire que de s'en servir de cendriers...

Attention !! : La poussière de nacre est extrêmement agressive. Toujours travailler avec des lunettes et un bon masque .

Le motif

Une rose des vents du genre de celle qui est sur le premier orgue. C'est une figure géométrique ne comportant que des lignes droites et donc très simple pour un premier essai.

Préparation des plaquettes

On repère des parties plates les plus grandes possibles dans les coquilles d'ormeaux. Tracage au feutre puis découpe avec une mini-perceuse et un disque à tronconner.
Puis on les rend bien planes en ponçant le côté nacre au lapidaire. Il faut rattraper le creux. Je n'ai rien trouvé de mieux que de tenir la plaquette avec le doigt. Ca permet de bien "sentir" comment positionner la plaquette et appuyer là où il faut, pour en tirer la plus grande surface possible.

Poncage.JPG (36879 octets)

Faut faire gaffe au doigt quand-même hein ! Et en plus ça chauffe

Ensuite elles cont calibrées : On colle la partie plane au double-face sur une planchette, et on passe le tout à la calibreuse si on en a une, ou comme ici, devant un cylindre ponceur sur toupie, avec un tasseau derrière pour régler l'épaisseur. Les plaquettes terminées font 5/10 mm.
On les décolle... sans les casser. En chauffant un peu au décapeur thermique ça va tout seul. Les restes de colle s'enlèvent assez bien avec de l'alcool à brûler.

Calibrage.JPG (104956 octets)

Les différentes phases de l'obtention de plaquettes

Découpe et ajustage

Le dessin est découpé au cutter, et les différentes pièce sont collées à la vinylique, sur des plaquettes de la bonne taille.

Decoupe1.JPG (40341 octets) Decoupe2.jpg (52207 octets)

Ca prend forme...

La découpe est effectuée au disque à tronconner, et l'ajustage se fait à l'aide de mini-meules, d'abrasif, et... de patience. Le petites pièces ne mesurent guère que 5 mm. Eviter de boire 1 litre de café avant. :o)

Montage de la rose

La rose est montée et ajustée à l'endroit, sur un morceau de carton recouvert de colle repositionnable. Quand le résultat est satisfaisant, on retourne le tout sur une étiquette adhésive elle-même collée à la repositionnable sur une planchette.

Finitions.JPG (37761 octets)

C'est presque bon

Ensuite on enlève le carton et on applique bien à plat contre l'étiquette, de manière à ce que tout soit dans le même plan côté apparent.
Pour terminer, les pièces de la rose sont solidarisées en déposant de minces filets d'époxy rapide sur tous les joints.

Incrustation

La rose est positionnée sur le bois. Le pourtour est délimité au cutter, et l'encastrement est creusé à l'aide de petits ciseaux, gouges, canif etc... Bien vérifier la profondeur pour que la surface de la rose affleure juste le bois une fois collée. Ca peut aussi se faire avec une mini-perceuse utilisée en défonceuse. Mais bon, à la main ça fait moins de bruit.
Ensuite collage à l'époxy. Rattrapage des ajustements sur les bords avec un mélange de fine sciure et de colle blanche. Puis ponçage, ponçage, ponçage...

Rose_incrust.JPG (36367 octets)

Et voilou ! Un motif perso que l'on ne risque pas de voir ailleurs. Temps passé : un après-midi.

Retour aux Finitions