Rouleaux d'entraînement

 

Accueil
Remonter

 

 

L'idée originale provient d'un site néerlandais : http://www.hobbydraaiorgel.nl/subdir/dankrol.htm

Le produit utilisé est un mastic-colle à base de polyuréthane. On en trouve en grande surface de bricolage, dans différentes couleurs, et son usage initial le destine à des travaux d'étanchéification dans le domaine du bâtiment. J'ai utilisé du Sikaflex. Voir la fiche technique du produit.

D'autres marques conviennent sans doute tout aussi bien...

Après séchage, le produit a la consistance du caoutchouc, et reste souple juste comme il faut pour un rouleau d'entraînement. Il semble donc assez intéressant pour caoutchouter des rouleaux à la demande, et dans n'importe quelle dimension. 

Garnissage

Par couches de 2 à 3 mm d'épaisseur, bien régulières, et en attendant environ une heure entre couches (temps de peau). Le support (axe, noyau...) sera bien dépolit, voire strié, de manière à favoriser l'adhérence.

Cela se fait assez bien sur le tour, en rotation inverse, et à l'aide d'un couteau à enduire. Il y a un coup à prendre et il faut savoir garder la main légère, car le produit est assez mou, et a tendance à n'en faire qu'à sa tête...

   

A gauche, c'est directement sur l'axe en acier. A droite, il y a un noyau en hêtre.

Difficulté : Obtenir quelque chose de bien homogène, et ne pas enfermer de bulles.

Séchage

C'est extrêmement variable, et ça dépend beaucoup du support. Ce type de produit polymérise au contact de l'humidité, et le pb majeur est d'obtenir un séchage "à coeur", surtout au voisinage de l'axe.

Sur du bois, qui par nature comporte toujours une certaine humidité résiduelle, ça se passe assez bien. Compter tout de même environ 3 à 4 semaines pour une épaisseur de 7 ou 8 mm. Sur du métal, il faut bien 2 mois !

Tournage

J'y suis allé un peu à tâtons, en taillant un outil à la demande. Il faut tourner le plus vite possible (2800 tr/mn), et prendre des passes de 2 à 3 dizièmes. On ne fait pas vraiment de copeaux, mais on déroule une sorte de gaine qui se déchire.
J'ai également essayé de congeler le rondin avant de le travailler... Pas terrible. On obtient comme une bouillie, et un état de surface encore moins propre. Mais bon, je ne suis pas un spécialiste du tournage, et je n'étais qu'à -25°C.

     

Travailler entre pointes, et préparer l'axe avant (centrage, filetage...)

Attention !! L'outil présenté sur les photos est tiré d'une lime qui peut s'avérer cassante. Il ne peut en aucun cas convenir pour tourner des matériaux plus durs.

Finitions

Lorsque le rondin approche le bon diamètre, le poncer avec du papier de verre collé sur une planchette, en alternant les sens de rotation. Commencer au 80, et terminer au 120. Pas la peine de "glacer" la surface... Ce n'est pas le but!

 

Finit.JPG (121855 octets)

Il ne reste plus qu'à les installer dans leurs instruments respectifs.

Encore une chose: Juste après ponçage, assez curieusement le rouleau demeure un peu poisseux au toucher. Il faut compter un bon mois supplémentaire avant que cela ne disparaisse.

Utilisation

L'adhérence est excellente. Cela permet de réduire d'autant la pression sur les cartons, et c'est tant mieux. La seule incertitude qui reste concerne la tenue dans le temps de ce produit, notamment lorsqu'il est soumis à des contraintes mécaniques (glissement). On verra ça à l'usage...